Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2012

Jean-Christophe Mitterrand et Mohamed Lakhdar Hamina

Au Fouquet's

 

" Lorsque Jean-Christophe Mitterrand, le fils du président de la République, effectue sa coopération en Algérie, rappelle Jean Audibert, longtemps ambassadeur à Alger, c'est Mehri qui l'accueille à El Oued." L'autre protecteur du Jean-Christophe Mitterrand en Algérie fut le cinéaste Mohamed Lakhdar Hamina. Grand médiateur lui aussi entre Paris et Alger, son talent lui a donné une aura particulière. Comme de nombreux représentants d'un régime longtemps socialiste, Hamina vit sur un grand pied, entre sa résidence à Hydra, un des quartiers résidentiels d'Alger, et son appartement sur les Champs-Elysées. Le cinéaste n'a pas son pareil pour réciter face à ses amis, le couturier Cardin ou l'actrice Jeanne Moreau, une fable de la Fontaine avec l'accent des Hauts Plateaux ou pour raconter son premier amour avec une institutrice française. De quoi faire fondre ses interlocuteurs parisiens.

Lakhdar Hamina commence sa carrière pendant la guerre d'indépendance. Jeune cinéaste formé à Prague, il réalise avec un maquisard, Djamel Chanderli, un documentaire sur Sakiet Sidi Youcef, le village de Tunisie bombardé par les forces françaises. Il signe tout seul ce document et prend ainsi son envol. Dès l'indépendance algérienne en 1962, Lakhdar Hamina dirige les actualités algériennes, côtoie les présidents algériens successifs et dîne à leur table. Proche du pouvoir, le cinéaste obtient de nombreux films de commande pour les entreprises nationales algériennes. Les patrons du secteur public s'en plaignent à l'époque auprès des ministères de tutelles : "Considérez qu'il s'agit de subventions au cinéma algérien", répond Belaid Abdesselam, alors ministre des Industries lourdes avant de devenir Premier ministre en 1992. Lorsque Lakhdar Hamina réalise "Les Années de Braise", qui obtient la palme d'or à Cannes en 1976 après une active campagne de l'Amicale des Algériens, le budget alloué par le gouvernement de Boumediene est généreux. La PME Hamina tourne à plein régime. A la fin de son règne, Boumediene trouve Lakhdar Hamina un peu encombrant. Il est temps pour le cinéaste d'ouvrir d'autres portes. Il se rapproche du Tunisien Tarek Bennamar, qui appartient au clan de Wassila, la femme de Bourguiba. Les deux hommes proposent au Saoudiens une grande production sur la dynastie wahhabite. Dans un premier temps, Riyad accepte. Mais Lakhdar est trop gourmand, trop bavard. Les émirs préfèrent plus de discrétion. On lui reproche sa morgue, le projet échoue.

Lakhdar Hamina revient pourtant en force lorsque Sid Ahmed Ghozali, Premier ministre algérien de juin 1992 à juin 1993, est nommé ambassadeur à Paris. Entre une séance de gymnastique au Royal Monceau, avenue Hoche, et un dîner fin avec son ami Jacques Vergès, un des avocats "historiques" du FLN devenu le défenseur des islamistes algériens, Ghozali veut lancer avec l'homme d'affaires Addou Hocine et avec Lakdhar Hamina "Le Journal des républicains". Histoire de combattre l'intégrisme. On croit rêver. Indésirable en Algérie, Addou Hocine fut au coeur de la tentative d'exporter des Renault en Algérie en surfacturant les commandes de 35 %. Là encore, quelques fonctionnaires algériens intègres et l'intervention de l'ambassadeur de France, Jean Audibert, déjouèrent la manœuvre. Ce système de passe-droits généralisé est miné par ses propres contradictions. Plusieurs réseaux parallèle de main-mise sur les marchés d'importation se font concurrence. Assassiné en 1993, Kasdi Merbah, l'ancien chef de la Sécurité militaire, à laissé des hommes à lui dans les commissions d'attribution (notamment pour les céréales et le ciment). Ses réseaux se sont opposés à ceux que les hommes de la présidence tentèrent de mettre en place sous Chadli.

Trônant au Fouquet's, sa cantine, Lakhdar Hamina est un homme comblé. Son fils vient de terminer un film sur les événements sanglants d'octobre 1988 où au moins cinq cents jeunes Algériens furent exécutés sur ordre du pouvoir. Grâce aux liens qu'il a toujours conservés avec Hervé Bourges, l'ancien président de France 2, la télévision française a financé le projet. L'armée algérienne a complaisamment prêté ses hélicoptères pour recréer l'ambiance de ce mois tragique. Etrangement, le film n'est guère tendre pour le gouvernement. L'ancien compagnon de route du pouvoir algérien qu'est Lakhdar Hamina sent que le vent tourne. Toujours magnanime, Djillali Mehri organise des galas à l'UNESCO, grâce à l'appui du nouvel ambassadeur de France, Hervé Bourges, en compagnie du recteur de la Grande Mosquée, Dalil Boubekeur, et d'Enrico Macias. Le but : approvisionner l'Algérie en médicaments.

Mehri, aujourd'hui, se rapprocherait des Américains et d'opposants au régime libyen soutenus par Washington et réfugiés à Monaco. Ce revirement ne plaît guère à ses amis français.

 

 

MITTERRAND_Jean-Christophe_ph-NouvelObs.jpegExtraits  de "Paris, Capitale Arabe"

Livre de Nicolas BEAU paru en 1995

 

11/03/2012

Stéphane HESSEL, fier d’avoir aidé à la coopération en Algérie

Rencontre de M. Stéphane HESSEL avec des Lycéens le 22 octobre 2009

Lycée Malherbe - Caen

 

A l’initiative de Madeleine Barbier et de Eric Laloy qui furent professeurs au lycée Malherbe, la première en histoire géographie et le second en philosophie, nous avons eu la joie mais également l’honneur de recevoir à l’amphi Ponge Stéphane Hessel.

Invité le soir même par le Mémorial et en collaboration avec le Collectif 14 de solidarité avec la Palestine et la Maison des solidarités, cet ancien ambassadeur de France, aujourd’hui âgé de 92 ans, a souhaité rencontrer des jeunes en cours de formation.

Six classes, trois premières, deux terminales et une hypo khâgne, encadrées par leur professeurs et en présence de Madame le proviseur et de l’un de ses adjoints ont écouté avec intérêt et plaisir les propos de ce citoyen du monde, né allemand avant de devenir français en 1924.

CAEN_Lycée Malherbe.jpg


En quelques minutes, debout face à son auditoire, avec le verbe facile et toujours à la portée des lycéens et des étudiants, Stéphane Hessel a d’abord exprimé sa joie d’avoir été accueilli sous les applaudissements chaleureux de 250 personnes et de pouvoir rencontrer ceux qui construiront le XXIe siècle, lui qui a eu la chance de traverser le XXe siècle du premier conflit mondial (« Je suis né en 1917! ») à la construction européenne.

Ayant rappelé les grands événements du siècle précédent (« J’ai connu… »), cet ancien résistant a insisté sur l’ardente nécessité de s’ENGAGER. Influencé par la personnalité et l’oeuvre de Jean Paul Sartre, il a fait sienne cette citation du célèbre philosophe: « L’être humain ne se réalise vraiment que s’il s’engage ».

Lui qui aurait aimé être enseignant de philosophie dit en avoir été détourné par les circonstances liées au contexte des années 30. Mobilisé en 1939, ce Normalien rejoint le général De Gaulle en Angleterre. Arrêté en 1944, lors d’une mission sur le sol français, il fut capturé et déporté à Buchenwald. Usurpant l’identité d’un homme mort du typhus, il échappa à la pendaison.

Après mai 1945, devenu diplomate, il poursuit son engagement en participant à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’Homme: « L’un des moments les plus enthousiasmants de ma carrière ». Même s’il sait mieux que quiconque que « ces droits ne sont pas toujours appliqués » et que « nous sommes loin d’avoir réussi », monsieur Hessel rappelle qu’ils existent, qu’ils sont un idéal à atteindre et que les avancées démocratiques depuis sa naissance sont réelles.

Le respect de la dignité humaine est l’un des défis de la génération actuelle, oeuvre à poursuivre sans relâche, jour après jour!

Se tournant vers l’avenir, il énonce deux autres défis à relever au cours du XXIe siècle.

Le premier, « le plus important sans doute », est « le dommage fait à notre planète ». Défi à relever « tous ensemble » puisqu’il en va « de notre survie » et que « seule une organisation internationale », nécessitant donc une coopération entre les peuples, peut prendre à bras le corps.

Autre défi que n’ont su résoudre les générations du XXème siècle, celui « de la misère ». Pauvreté d’autant plus criante que « les riches connaissent cette misère et que les pauvres connaissent cette richesse » grâce aux moyens actuels de communication. Défis qui peuvent mener, à terme, vers des conflits destructeurs.

« Comment faire pour que ces défis ne soient pas décourageants? » se pose-t-il comme question. « D’abord y répondre collectivement…mais aussi individuellement ». Actions collectives et individuelles ne peuvent se dissocier. Ainsi chacun pourra-t-il prétendre au titre de « citoyen du monde…de citoyen sans frontières »!

Avant de donner la parole à nos lycéens et étudiants, ce « vieux monsieur », comme il se définit lui-même, rappelle à son auditoire: « vous êtes jeunes, vous allez vite être moins jeunes…utilisez votre temps » Bref: « AGISSEZ ».

Diverses questions furent posées par ces jeunes surpris par des paroles si proches de leurs préoccupations et si clairement exprimées. « Quel fut votre plus bel engagement? » St. Hessel évoqua son engagement contre le nazisme, lui qui vit le jour à Berlin et dont le père était allemand. Il cita également sa fierté d’avoir « aidé à la coopération en Algérie trois ans après son Indépendance ».

Des questions d’actualité lui ont également été posées. A propos des expulsions de sans papiers afghans, il n’a pas hésité à condamner le gouvernement actuel, a affirmé que la France avait « besoin des immigrés » et qu’il ne comprenait l’initiative du ministre Besson à propos du débat engagé sur l’identité nationale.

A propos du « néo-colonialisme de la Chine en Afrique », il a fait remarquer que ce continent avait « sur les deux derniers siècles, le plus souffert » et qu’il fallait savoir distinguer « l’aide en faveur du peuple lui-même » de celle en faveur « d’un chef d’état » qui trop souvent n’a pour unique motivation que celle de soutenir les intérêts des puissances qui gouvernent notre monde.

Le souhait de « l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne » ne lui pose pas de problème: « La Turquie a toute sa place…Il ne faut pas considérer l’U.E. comme un bloc fermé » mais au contraire « comme un lieu où peut se développer la démocratie ».

A propos d’Israël et de la Palestine, né d’un père juif, Stéphane Hessel s’est félicité de « la création » de cet état après la seconde guerre mondiale mais

regrette que les deux peuples n’aient pu cohabiter et coopérer ensemble. « Optimiste », « une solution est possible » si « l’O.N.U. intervient » pour que deux états « coexistent ». Pour cela, « la haine » doit disparaître, « des concessions » doivent être faites, l’état palestinien à venir doit être viable et les deux pays doivent accepter la partition de Jérusalem, les parties Est et Ouest devant devenir la capitale de chacun.

Il croit fermement à la paix: « Vous allez vivre ce moment quand je ne serai plus ».

Cependant, il ne pense pas que la diplomatie et la non-violence permettront aux deux peuples d’aboutir à un compromis. Même s’il le regrette, « la résistance armée à l’occupation israélienne » est une nécessité.

Un jeune a posé la question à savoir « si nous pouvions croire encore à l’O.N.U.? ».

Ce connaisseur des Nations Unies a affirmé que cette organisation était « une chance » pour l’Humanité. Ayant bien conscience qu’elle était « insuffisante dans ses effets », « qu’elle ne peut réussir car regroupant 192 états », elle rassemble, malgré tout, des peuples et permet « le dialogue ». Sans oublier« des réalisations concrètes ». Par ailleurs, il pense que le président Obama est un espoir pour en faveur des échanges entre nations car il prône « le multilatéralisme » contrairement à son prédécesseur.

Enfin, à savoir si nous pouvons « avoir confiance et être optimiste dans la nature humaine », ce résistant de toujours, avec enthousiasme mais aussi lucidité, a fait remarquer que l’Homme était « une espèce agressive » capable du meilleur comme du pire; qu’il fallait combattre nos penchants destructeurs (« On va dans le mur ») et développer « notre partie tendresse et respect mutuel ». « Soyez la génération solidaire et fraternelle »…des « jeunes responsables » avait-il déclaré lorsqu’une question lui avait été posée sur les acquis de Mai 1968.

Sensible au charme de ce sage, lycéens et étudiants ont ovationné l’auteur de « Danse avec le siècle », d’autant que sa conclusion fut originale. De mémoire, il récita un poème de Rimbaud, poète de la jeunesse.

Clin d’oeil d’un ENGAGÉ à une jeunesse appelée à investir son énergie et son espérance au service de causes collectives.

Merci à Stéphane Hessel.

 

Compte-rendu réalisé par M. BELLANZA, professeur d’Histoire-géographie

01/03/2012

LES DÉSILLUSIONS D'UNE « PIED-ROUGE » (ANNE ROGER BEAUMANOIR)

 

Les accords d'Evian? C'est à Tunis, où elle s'est réfugiée en 1960, que le docteur Anne Roger, mince Bretonne aux yeux turquoise, éminente neurophysiologiste et ancienne « porteuse de valises » du FLN, que la « doctoresse rouge », comme l'a surnommée un journal français, annonce à ses patients que l'heure du cessez-le-feu approche. Les djounouds, ces jeunes maquisards algériens dont elle soigne les troubles psychiques, l'ont-ils entendue? « Lorsque, le 18 mars, j'annonçais avec, jubilation aux pensionnaires des "maisons psychiatriques" du Bardo et de La Marsa que le lendemain serait une grande fête, la plupart restèrent cois. Il est vrai que par définition ils n'étaient pas très clairs du côté de la tête... », rapporte-t-elle avec humour dans son autobiographie, Le Feu de la mémoire, la Résistance, le communisme et l’Algérie, 1940-1965 (Bouchène, 2009).

 

Parmi les soldats algériens qu'elle visite, la plupart souffrent de « névroses de guerre », il y a quelques cas de « schizophrénies, déjà diagnostiquées par [Frantz] Fanon » — auquel elle a succédé — « beaucoup de névroses hystériques, pas mal de simulations ». Certains djounouds ont été les victimes de règlements de comptes au sein de l'ALN. Bien que son expérience tunisoise l'ait « pas mal refroidie », confie-t-elle, quand arrive l'indépendance, elle n'hésite pas : elle s'installe à Alger, rejoignant la cohorte hétéroclite de ceux qu'on baptisera les « pieds-rouges » — ces Européens, Français pour l'essentiel, venus aider à construire « l'Algérie nouvelle ». Sous Ben Bella, le docteur Roger deviendra membre du cabinet du ministre de la santé, directrice de la formation médicale et paramédicale, poste qu'elle occupera jusqu'au coup d'État du colonel Boumediene, en juin 1965. Mais c'est une autre histoire... En mars 1962, l'infatigable quadragénaire goûte la joie de la victoire. Celle des jeunes hommes de l’ALN, que la domination coloniale avait contraint à n'être que des indigènes ou des fellaghas : «Quand je voyais ces soldats... Ils avaient le droit d'avoir leur identité propre, leur nationalité. Ils avaient mérité d'être Algériens, je voulais les aider à ça », explique Annette Roger. «Il n'aurait pas fallu rêver plus loin », ajoute-t-elle aujourd'hui.

 

BEAUMANOIR_Carte-1962-01-29.jpg

Elle qui avait 18 ans, quand elle s'est engagée dans la Résistance, comprend sans doute  mieux que beaucoup les souffrances endurées par les maquisards et les combattants indépendantistes, contraints à la clandestinité ou à l'exil des maquis. Son expérience de résistante (qui lui a valu, à la fin des années 1990, d'être nommée Juste de France par le comité français pour Yad Vashem), son passage au Parti communiste (qu'elle quitte en 1955), puis son militantisme dans les réseaux d'aide au FLN ont affiné ses convictions politiques.

 

Antifasciste et antistalinienne, Annette Roger voit dans l'esquisse de la révolution algérienne l'espoir d'une « nation moderne et démocratique» : contribuer à son éclosion, c'est « participer à l'émanci­pation des peuples opprimés » et «aider au maintien de liens » entre le futur Etat algérien et la France. Tel était son état d'esprit, au début des années 1960. «Mirage sublime, désillusions en perspective », commente-t-elle aujourd'hui. Sans regret, pourtant : que pouvait-elle faire d'autre, elle à qui on a appris, dès l'enfance, que « brimer, asservir l'autre, surtout s'il est le plus faible, c'est renier son humanité » ?

 

CATHERINE SIMON

Le Monde Hors-Série

Guerre d’Algérie

Mémoires parallèles

2012

 

 

 

 

22/02/2012

Une expérience extraordinaire (Jan HEUFT) 3

Vivre ailleurs ( Fin du message )

 

Et voilà qu’à partir de septembre 2007 la page de l’Ecole de Sourds et Muets fut définitivement tournée pour ouvrir une nouvelle, douloureuse mais captivante, celle d’être présent auprès des Algériens en grande détresse et  des Migrants et Réfugiés subsahariens de passage ou vivant en Algérie. Une fois de plus c’est une expérience et une souffrance humaine qui dépasse l’imaginaire. Avec une bonne équipe d’Algériens et d’Étrangers, nous tâchons d’être à l’écoute ou de dépanner ceux et celles qui frappent à notre porte. Nous avons eu la joie d’assister à un grand nombre de naissances. Malheureusement, en trois ans nous avons aussi enterré 30 personnes dans l’âge de 0 à 35 ans, dont pas moins de 23 femmes  et 5 bébés ! Un drame et une détresse inhumaine insupportable de l’immigration clandestine ou légale (réfugiés reconnus) qui dépasse le descriptible. C’est la raison pourquoi nous sommes partis au Forum Social Mondial de Dakar au début du mois de février de cette année pour expliquer, haut et fort, ce qui se vit durant cette marche vers un  monde meilleur virtuel ou réel. En même temps, il était important de souligner durant ce forum, les méfaits de la mauvaise gouvernance, du manque de liberté et de démocratie, de certaines cultures agraires et de l’industrialisation sauvage. Ce ne sont pas pour nous des simples « slogans de gauche » mais des réalités qui se vivent tous les jours et à chaque moment. C’est pour cela que « le printemps arabe » actuel est plein d’espoir et de courage afin que les peuples puissent prendre leur propre destin en mains et créer ainsi un avenir meilleur pour Tous et pour Toutes.

 

Alger_Rencontre et développement_ph-FaithBookTour-2011.11.27.JPG

Alger : Rencontre et développement

(Photo FaithBookTour-Nov2011)

 

 

Alger, le 2 avril 2011.

Jan HEUFT.  

 

 

 

15/02/2012

Une expérience extraordinaire (Jan HEUFT) 2

Vivre ailleurs ( Suite )

 

En septembre 78 je commençais une nouvelle aventure à l’école paramédicale de Parnet à Alger et l’Ecole de Jeunes Sourds d’El Harrach. Quelle ne fut pas mon heureuse surprise en découvrant que mon premier responsable était Monsieur Bacha, cousin de notre célèbre Bacha Mustapha, ancien élève de Beni-Yenni et originaire de Bou Adenane. Après avoir obtenu le diplôme d’Etat de Maître Spécialisé pour Handicapés Auditifs, je me suis entièrement consacré à cette tranche de population. Ce fut un nouveau défi et une nouvelle aventure mais aussi riches que ma première étape dans les montagnes du Djurdjura. L’état Algérien m’a demandé, pendant plus de trente ans, de préparer des élèves, sourds et muets, aux examens du Certificat d’étude, de la sixième au Brevet, à l’entrée au Lycée et finalement au Bac et à l’entrée en Université. Un travail assidu, main dans la main avec les élèves et les parents. Ensemble nous avons donné espoir à une vie meilleure aux Handicapés ; ensemble nous avons ouvert les portes et les fenêtres pour qu’ils soient acceptés partout et qu’ils aient droit au travail et une vie digne, heureuse.

 

Alger_Mohamedia (Ex-Lavigerie)_Ecole-Sourds_ph-ElWatan.jpg

( Ecole des Sourds de Mohamedia Ex-Lavigerie )

 

Les années du terrorisme aveugle ont donné une dimension encore plus profonde à cette vie partagée avec des personnes handicapées. En effet, comment expliquer aux élèves sourds que cette violence aveugle, que nous vivions dans toutes ces atrocités, ne venait pas de Dieu mais de l’intolérance des hommes de quel bord qu’ils soient. Combien de fois, dans cette période, dans mon lit le soir, que j’ai pleuré en revoyant devant moi ces images d’hommes, de femmes, d’enfants, de nos amis blessés ou assassinés brutalement sans aucune raison ! Même le traducteur en langue de signes pour les sourds à la Télévision fut tué.  Ce sont les élèves, les voisins, les amis, parfois des passants, qui m’ont permis de passer avec le Peuple Algérien tout entier ces moments d’énorme détresse et de désespoir ! 

Combien de fois me reviennent, encore aujourd’hui, dans mon esprit cette immense foule de la région de Tizi-Ouzou, assistant aux obsèques des Pères assassinés, frappant dans les mains et en clamant des youyous pour exprimer leur solidarité dans le malheur et leur foi dans un même Dieu unique.  

 

ALGER_Ecole de formation paramédicale de Parnet.jpg

 ( ALGER : Ecole de formation paramédicale de Parnet )

 

Alger, le 2 avril 2011.

Jan HEUFT.